Happy Birthday (Belated) Chris Marker

I am remiss. I write from the road, thinking of Chris Marker, the most famous of unknown filmmakers, having just seen a comment from John P noting the missing birthday wishes on the 29th of July. So it is belated and a bit melancholic that I send out whispers to the higher worlds where Marker’s soul is no doubt off on new expeditions, having completed more of a life all across the Earth than can be put into words. I am reminded too of the once annual event of Chris Marker digital postcard—and of course one did not come this year, but here are a few from the past.

Year of the Dragon 2012 Chris Marker

Year of the Cat 2011 Chris Marker

Year of the Tiger 2010 Chris Marker

Bonne Annee 3009

The most fun that has been had with the varying fables of Marker’s birth and birthplace that I have seen comes from M. Chazalon at ChrisMarker.ch – Plongée en Immémoire. Hard to translate, but I’ll give it a go soon… Thanks CH2!

Non! Non! Non! Non! Non! Chris Marker n’est pas né en Helvétie, mais bien comme tout le monde le sait à Oulan-Bator, en Mongolie1.
A la suite d’une déception sentimentale de l’Empereur chinois, bien avant le grand bon en avant de maître Mao qui tenait dans son bec un stylo, et sous la douce influence de la bolchévique Union des Républiques du Suprême Soviet Système Social, plus connue de part les contrées de notre voisin sous le nom de SMIC, Chris Marker est transporté pour une croissance améliorée dans les montagnes qui tombent à pic de l’Himalaya où, à la suite d’une embuscade des pirates des mers de Chine, il est finalement récupéré par le gentil bonhomme des neiges Yéti qui décida, nom d’un fromage (ce pourquoi tout le monde pense qu’il est Suisse), de l’aimer comme son fils. C’est d’ailleurs la raison primesautière pour et par laquelle Chris Marker aime tellement les chats2, car comme il est bien connu de tous, “gratter la barbichette du Yéti, il devient tout gentil”, un peu comme un chat, en un peu plus grand. Quelques années plus tard, bien agrandi par cet amour yétiesque, il est décidé de l’envoyer en Argentine pour ses études, en échange Nostradamus des écoles primaires. Là, il étudie aux côtés du bonhomme Fidel et de son ami Bon Débarras, surnomé le Quoi3 allez savoir pourquoi. L’échange terminé, attiré par la gente féminine d’une nature si féline (la pilosité en moins), bifurcation volontaire est prise pour Paris sera toujours Paris, où un savant philosophe du nom de Sartre, à défaut de l’adopter par amour des Yétis, fut engagé par la municipalité pour inculquer à ses semblables, mais pas à lui, la bonne volonté et un peu de sagesse divine, la Bohème et le Spleen étant passés pour ne plus revenir.4
Ainsi sont les premières années officieuses de la vie de Chris Marker. Une histoire bien connue et qui réchauffe le coeur… dont vous pouvez lire la véritable suite et commencement sous “Biographie”.

2 thoughts on “Happy Birthday (Belated) Chris Marker

  1. Mila U-Soros says:

    Happy Birthday!
    Chris Marker Wonderful Wizard, I hope he is in a perfect world, where all the best.

  2. starry night says:

    Happy Birthday Chris Marker! We will never forget.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Pin It on Pinterest

Share This
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Receive Chris Marker News
chrismarker.org newsletter
ErrorHere