Chris Marker et la photographie

chris-marker-et-la-photographie

What: Journée d’étude | Day of Study

Title: Chris Marker et la photographie | Chris Marker and Photography

Who: Vincent Jacques, avec la participation de | with the participation of:

  • Philippe Bazin
  • Christa Blümlinger
  • Pierre Gaudin
  • Vincent Jacques
  • François Niney
  • Bamchade Pourvali

When: samedi 28 mai 2016 | Saturday May 28th, 2016 – Institut national d’histoire de l’art (INHA), Salle Vasari | 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Additional information at fabula.org: la recherche en littérature & www.ciph.org.

Chris Marker et la photographie

Organisation scientifique : Vincent Jacques (ENSA Versailles / LéaV)

Samedi 28 mai 2016 à 10h

Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris

S’il s’est fait mondialement reconnaître comme cinéaste grâce à des films comme La Jetée, Le fond de l’air est rouge ou Sans Soleil, le cinéma et la vidéo n’épuisent pas la pratique de l’image de Chris Marker. En effet, une constante de son oeuvre consiste en l’usage de la photographie. Entre 1956 où il publie son premier portfolio Clair de Chine dans la revue Esprit et l’exposition Passengers à New York dans les galeries de Peter Blum en 2011, il aura pratiqué le genre à intervalle régulier et publié cinq recueils de photo, Les Coréennes (1959), La Renfermée. La Corse (1981), Le Dépays (1982), Staring Back (2007) et Passengers (2011). Quatre de ces recueils sont accompagnés d’un texte de l’auteur (La Corse est écrit par Marie Susini) : comme c’est le cas dans toute la production de Marker, quel que soit le médium, la photographie participe d’une démarche plus large que l’exploitation d’une seule modalité d’expression.

Notre journée d’étude se propose donc d’aborder l’oeuvre par le biais de la photographie, c’est-à-dire d’étudier le travail photographique de Marker en lui-même et dans le cadre d’une démarche plus générale. Soulignons d’emblée que ce travail n’a jamais vraiment été entrepris, les textes sur Marker étant quasi exclusivement consacrés à ses films tandis que les histoires de la photographie contemporaine font systématiquement l’impasse sur cette part de l’oeuvre. L’approche du travail photographique de Marker se fera selon trois axes. 1- Analyser comment l’auteur brouille la limite entre les genres (cinéma, essai, installation, jeux vidéo…) dans une recherche constante de nouvelles articulations entre l’image et le texte. 2- Étudier comment se construisent les séries de photographies en vue d’écrire et de réécrire en permanence la mémoire du siècle, à la lisière de l’intime et du collectif. 3- Aborder la question du traitement informatique de l’image photographique : quels sont les enjeux des manipulations opérées grâce aux logiciels de retouche numérique qui deviennent la marque de fabrique des dernières photos de Marker ?www.fabula.org

Programme

•10h-10h15 | Accueil des participants
•10h15-11h | Philippe Bazin (École Nationale Supérieure d’Art de Dijon) : « Les transports de Chris Marker. À propos de Passengers ».
•11h-11h45 | Christa Blümlinger (Université Paris 8, ESTCA) : « L’attraction du Musée. Notes sur Chris Marker ».
11h45-12h : Pause
•12h-12h45 | Pierre Gaudin (École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles) : « La photographie filmée comme document-matière et document-mémoire chez Chris Marker : prise de vue photographique et montage cinématographique ».
12h45-14h45 : Pause déjeuner
•14h45-15h30 | Vincent Jacques (École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles, LEAV) : « Floue, lisse, pliée : métamorphoses de la photo chez Chris Marker ».
•15h30-16h15 | François Niney (La Fémis, IRCAV) : « Un battement de cil, un battement de coeur : photo animée et photogramme arrêté, le “cinémarker” entre reprise et suspens du temps ».
16h15-16h30 : Pause
•16h30-17h15 | Bamchade Pourvali (Université de Paris Est-Marne la Vallée) : « Philosophie de la photographie et mise en page chez Chris Marker ».
17h30 : Fin de la journée