Chris Marker Notes from the Era of Imperfect Memory

Chris Marker, « écrivain en premier »

C
Appel à communications pour le colloque Chris Marker écrivain en premier Université Gustave Eiffel 9 10 juin 2022

Appel à communications
Colloque international
Chris Marker, « écrivain en premier »
Jeudi 9 et vendredi 10 juin 2022
Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Courtesy of Bamchade Pourvali

Dans son texte du catalogue pour la Cinémathèque française : « L’invention de Marker », Florence Delay écrit de l’auteur de Sans soleil (1983) : « Dans quel ordre énumérer ses métiers ? […] Sans l’ombre d’une hésitation je place écrivain en premier. » En effet, « écrivain multimédia » selon l’expression de Guy Gauthier, Chris Marker, dont le pseudonyme renvoie à l’activité même d’écrire, fut essayiste, poète, critique, journaliste, romancier, nouvelliste, auteur de pièces radiophoniques, traducteur, illustrateur, directeur de revues et de collections, signataire des commentaires de ses films et ceux d’autres cinéastes, il fut aussi le concepteur d’un CD-Rom, Immemory, et d’un site Internet, Gorgomancy. On trouve difficilement un autre écrivain ayant occupé toutes ces activités. Du stylo au clavier, en passant par la caméra, Marker a en effet pratiqué toutes les formes d’écriture tout en s’interrogeant dès ses premiers textes sur le pouvoir des images. La photographie et le cinéma font naturellement leur apparition dans son oeuvre. À partir de la seconde moitié des années 1950, c’est en tant que cinéaste qu’il exercera essentiellement son métier d’écrivain.

Henri Michaux paintings LSD
Henri Michaux

Les influences littéraires de Marker se construisent autour des figures de Jean-Paul Sartre dont il fait la connaissance comme professeur de philosophie au Lycée Pasteur en 1938, de Jean Cocteau auquel il consacre un texte dès juin 1939 dans Le Trait d’union (journal des élèves du lycée Pasteur dont il est le rédacteur en chef), d’Antonin Artaud dont il fut le secrétaire en 1946, de Jean Giraudoux auquel il consacre un livre en 1952 dans la collection « Écrivains de toujours », mais aussi d’Henri Michaux qui fut son ami. Le travail qu’il mena avec André Bazin après-guerre au sein de l’association Peuple et Culture et dans les pages de la revue Esprit confirment son intérêt pour le cinéma. Les écrivains de sa génération dont il fut proche comme François Vernet, Jean Cayrol, Bernard Pingaud, Armand Gatti, Jorge Semprun, mais aussi ses entretiens avec George Steiner ou Cornelius Castoriadis pour L’Héritage de la Chouette, montrent la place des textes dans son oeuvre.

Plusieurs films de Chris Marker portent des titres littéraires : La Jetée et Le Joli Mai en 1963 s’inspirent de poèmes d’Henri Michaux et de Guillaume Apollinaire, Description d’un combat (1961) d’une nouvelle de Franz Kafka, Une journée d’Andreï Arsenevitch (2000) du premier roman d’Alexandre Soljenitsyne tout en rappelant l’oeuvre poétique d’Arseni Tarkovski. On doit à Chris Marker l’invention de la lettre filmée et de la Vidéo Haïku, sans oublier « l’essai documenté » selon l’expression d’André Bazin. Aborder la question de la littérature dans l’oeuvre de Chris Marker revient donc à s’intéresser à une dimension essentielle et permanente de son travail.

Comme le note Noël Simsolo : « Le cas Chris Marker est unique. Ses secrets accentuent une évidence : il est aussi un personnage de roman. » En effet, évoluant dans un milieu littéraire, Marker servit de modèle à des écrivains. François Vernet dédie une de ses Nouvelles Peu Exemplaires à Marc Dornier (premier pseudonyme de Chris Marker), Natacha Michel raconte sa rencontre avec le cinéaste dans Ici commence, Yves Simon crée le personnage de Lou Stalker dans Le Voyageur magnifique et d’Anton Vladimir dans Le prochain amour. De même, en s’inspirant du cinéaste et photographe globe-trotter, le dessinateur Alexandre Kha propose dans la bande dessinée L’Attrapeur d’images une biographie de Chris Marker sous les traits d’un chat abyssin, Nemo Lowkat. Autant d’exemples qui témoignent de l’influence de Marker sur les écrivains qui l’ont rencontré.

Ce colloque, qui s’inscrit près d’un an après le centième anniversaire de sa naissance, rendra hommage à cette figure unique dans le cinéma dont l’écriture fut la première forme d’expression.

Axes des rencontres :

Pratiques littéraires

1- Marker, traducteur
2- Marker, poète
3- Marker, nouvelliste
4- Marker, critique littéraire, et cinématographique
5- Marker, directeur de collection

Influences littéraires

1- Jean Giraudoux
2- Nicole Vedrès
3- Pierre Schaeffer
4- Jean Cocteau
5- Henri Michaux
6- André Bazin
7- Adolfo Bioy Casares

Amitiés littéraires

1- Armand Gatti
2- Jorge Semprun
3- François Maspero
4- Simone Signoret
5- Chris Marker, personnage de romans

Livres et films : allers-retours

1- La Jetée, « photo-roman » (film) et « ciné-roman » (livre)
2- Les deux volumes de Commentaires et les « films imaginaires »
3- Coréennes et la collection « Court métrage »
4- CD-Rom Immemory et site Gorgomancy

Formes littéraires transposées au cinéma

1- Lettre filmée
2- L’essai cinématographique
3- Vidéo Haïku

Comité scientifique : Bertrand Bacqué, Marc Cerisuelo, Vincent Jacques, Bamchade Pourvali.

Envoi des propositions

Date limite pour la soumission des propositions : mardi 1er mars 2022
Le résumé de la proposition de communication (entre 1 000 et 1 500 signes) sera accompagné d’une brève bio-bibliographie de l’auteur de 10 lignes maximum.
Le résumé et la bio-bibliographie devront être envoyés dans le même mail à Marc Cerisuelo (mcerise@wanadoo.fr) et Bamchade Pourvali (bamchade.pourvali@gmail.com)
Notification de l’acception des propositions : mardi 15 mars 2022

1 comment

Chris Marker Notes from the Era of Imperfect Memory
metro laughing woman staring back
Share via
Copy link
Powered by Social Snap