Chris Marker Notes from the Era of Imperfect Memory

ARTE DVD Release Pairs Mémoires pour Simone and La Solitude de chanteur de fond

A

Last Updated on December 16, 2020 by bricoleur

Mémoires pour Simone / La Solitude de chanteur de fond

deux films de Chris Marker

Chris Marker - Mémoires pour Simone + La Solitude du chanteur de fond - DVD Arte
Chris Marker, Mémoires pour Simone | La Solitude du chanteur de fond

Mémoires pour Simone

« Mémoire des lieux. Une salle de projection dans la grande maison d'Autheuil, département de l'Eure : des bobines, des cassettes, des photos, des placards. Ce que l'on vous propose ici, ce n'est pas la vie de Simone, elle l'a racontée mieux que personne dans « La nostalgie… », ce n'est pas sa carrière, d'excellentes émissions de télévision y ont pourvu, c'est le contenu d'un placard, des petits bouts de mémoire en vrac, un voyage à travers les images qu'elle gardait. » nous dit Chris Marker à travers la voix de François Perrier.

Ami et témoin privilégié de la vie de Simone Signoret, parce que leurs chemins n'ont jamais cessé de se croiser depuis qu'ils se sont rencontrés à l'époque du Lycée Pasteur, Chris Marker fera, à la demande du 39ème Festival de Cannes en 1986, le plus beau film-hommage à celle qui disait avoir la nostalgie de la mémoire non partagée.

ARTE

La Solitude du Chanteur de Fond

En février 1974, Yves Montand décide de chanter un soir à l’Olympia, pour les réfugiés chiliens en France. Il n’est pas remonté sur scène depuis 1968, avec le succès de « la bicyclette ». Et il n’a que douze jours pour se préparer…

Informations techniques

PAL- Zone 2 / Coul. / Dolby digital mono/ 16/9 et 4/3

Langues audio : français version originale

Sous-titres : sous-titres sourds et malentendants

Durée film : 122 min.

Durée totale du dvd : 122 min.

ARTE

More information available at boutique.arte.tv.

On Chris Marker's still-live site GORGOMANCY, the explorer of ambiguous links can find this page, which also pairs the two films and offers them in Flash video format, under the rubric of Elle et Lui.

Here's a review of Mémoires pour Simone from a French television airing in 2015 (thanks to this tweet by @sainagasydadabe):

Chris et Simone, Félins Pour L'Autre

Une grande amitié et l'amour des chats les unissaient. En 1986, Chris Marker réalisait un documentaire en hommage à Simone Signoret.

Comme les chiens dans les peintures de Carpaccio, comme la Arte coccinelle dans les planches de Gotlib, les chats abondent dans la filmographie de Chris Marker. De Riri, «héros» de son tout premier film qui n’en était pas vraiment un, bricolé à 10 ans avec des images fixes, au très virtuel Guillaume-en-Egypte (inspiré du nom de son propre chat), son avatar sur Second Life, en passant par le matou mélomane d’un court métrage-haïku Chat écoutant de la musique, en 1990), les statuettes maneki nekos de Sans soleil (en 1983) ou le jaune Monsieur Chat de Chats perchés (en 2004), ils sont partout. Et présents dans sa vie comme ils l’étaient dans celle de Simone Signoret, que Marker rencontra quand ils avaient 15 ans et dont il fut l’indéfectible ami. «On se retrouvait à midi, à la sortie des cours», écrit la comédienne dans La nostalgie n’est plus ce qu’elle était.

A sa mort en 1985, le festival de Cannes proposa au cinéaste de lui rendre un hommage sous forme documentaire. Composé de fragments de films, de propos d’époque et de souvenirs, Mémoires pour Simone donne notamment la parole à César, «chat de maison» qui a chipé son nom au personnage de Montand, amoureux de Rosalie dans le film de Sautet. «Il [le chat] se souvient, y avance Marker par la voix de François Périer, que, pendant le tournage du Chat (Pierre Granier-De-ferre, 1971), “la patronne” faisait un détour pour éviter de croiser son regard. Elle se sentait mauvaise conscience. » C’est qu’elle y jouait le rôle d'«une dame pas gentille du tout avec un chat» et qu’« elle ne voulait pas qu’il sache» !

Figure de la conscience, le gros chat au regard impassible qui surgit dans Mémoires pour Simone évoque aussi la liberté d’esprit et la constance des engagements sur lesquels Marker et Signoret se retrouvèrent souvent. «Jamais un chat n’est du côté du pouvoir», glisse d’ailleurs le cinéaste dans Le fond de l’air est rouge (en 1977) – un film dont le titre américain (A Grin Without a Cat) adresse un clin d’œil au malicieux Chat du Cheshire, qui fait dire à Alice (sous la plume de Lewis Carroll) que l’on a «souvent vu un chat sans sourire [grin, NDLR], mais jamais un sourire sans chat».

Trois ans après sa mort, Marker sourit encore.

François Ekchajzer, Télérama, 09-09-15
Simone Signoret in Chris Marker Mémoires pour Simone
Simone Signoret
Un voyage à travers les images qu'elle gardait

« Ce que l'on vous propose ici, ce n'est pas la vie de Simone (elle l'a racontée mieux que personne dans La nostalgie n'est plus ce qu'elle était), ce n'est pas sa carrière (d'excellentes émissions de télévision y ont pourvu). C'est le contenu d'un placard, des petits bouts de mémoire en vrac, un voyage à travers les images qu'elle gardait. » (Chris Marker)

Cinémathèque française, Mémoires pour Simone
Dialector creates a communication from Chris Marker to Simone Signoret
N#10 CASQUE GRIS. 03.10.85 10H31 | LA DERNIERE T'ATTENDAIT TROP VITE ET SANS PREVENIR LA VACHE | ADIEU LE NEANT EST UNE HORREUR | BYE | salut chere Simone [image courtesy La Cinémathèque française]

“Casque gris” might be read as a prolepsis to Marker's 52-minute documentary Casque bleu (1995)— 10 years later— starring François Crémieux, a young doctor who had volunteered to do six months of his military service in Bosnia. “Back in France, Chris Marker analyzed, or at least, collated the notes on the mission of the Blue Helmets in Bosnia – wondering about the impact of their presence and about the gap between the imperatives of the mission and the reports in the press, the statements of politicians and, above all, factual reality.” … “The interview is structured in nineteen sections: Reasons, Images, , Briefing, History, Bousniouks, Aggressions, Mission, Motivation, Volunteers, Obedience, Dogs, War, Death, U-turn, Policy, Lies, Positive, UNO and Final report.”… “Casque Bleu is in line with the trajectory of the portraits made by Chris Marker – that is those of the painter Matta, the filmmakers Tarkovski and Medvedkine… This makes spectators aware of a certain geopolitical and/or aesthetic situation, running parallel to the pertinence of the words, the works of some great personalities.” [Christina Van Assche, www.newmedia-art.org]

Mémoires pour Simone — book cover, perhaps Marker's hand…

Images dans l’image, des extraits de films, d’émissions de télévision et d’interviews, accompagnés de passages de “La nostalgie n’est plus ce qu’elle était” lus par François Périer, composent un portrait de Simone Signoret, la comédienne, la femme, la militante, incapable, selon ses propos cités en épigraphe, de prêter sa tête, ses yeux, sa voix à une entreprise allant à l’encontre de ses convictions profondes.

Chris Marker, ami de longue date de Simone Signoret, a réalisé cet hommage pour une projection hors compétition du Festival de Cannes 1986.

— Simone Signoret et Yves Montand à Moscou
— Simone Signoret interviewée au journal télévisé au sujet de l'affaire Pierre Goldman
— Simone à Hollywood, recevant l'oscar pour le filme “Room at the Top”… et de nombreux extraits de films, parmi lesquels une série télévisée américaine dont elle fut l'interprète.

Ardeche Images

2 comments

Chris Marker Notes from the Era of Imperfect Memory
metro laughing woman staring back
Share via
Copy link
Powered by Social Snap